Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les déserteurs actifs

Débat politique et social

C'est reparti...

Publié le 22 Septembre 2016 par Les déserteurs actifs in Nos textes

C'est reparti...

Nous reprenons cet automne l’action que nous avons entreprise le printemps dernier pour un boycott de l’élection présidentielle. Ce texte s’adresse donc aux camarades qui nous ont déjà accompagnés comme à ceux qui souhaitent participer à notre entreprise.

La croissance, élection après élection, de l'abstention, dont les commentateurs s’évertuent à longueur de pages et d'émissions à nous expliquer les raisons en nous donnant des recettes pour y remédier, fait qu'il est inutile que nous invitions les électeurs à s'abstenir: ils le font déjà très bien tout seuls, poussés par l'inanité du système en place, la corruption politique, la stupidité, la cupidité, la servilité des fondés de pouvoir qui sont au gouvernement envers les véritables décideurs, sans compter les promesses non tenues, les mensonges et les innombrables trahisons. Boycotter ce système n’est pas simplement s’abstenir ou voter blanc. C’est militer pour que le plus grand nombre d’individus refusent cette escroquerie et commencent à mettre en œuvre des modes collectifs et égalitaires d’organisation, de délibération et de prise de décision.

Si toutes les propositions (réécriture de la Constitution, scrutin proportionnel plutôt que majoritaire, tirage au sort des représentants...) qui circulent depuis quelque temps dans l'espace politique et médiatique sont un signe supplémentaire évident de la crise de la "démocratie" réellement existante, elles sont loin de nous satisfaire, car le plus souvent elles renvoient à des aménagements de pure forme, sans aucune remise en cause sérieuse de l’usurpation de pouvoir qui est à la base de la démocratie représentative.

Pour ce qui nous concerne, il s'agit de réfléchir à la crise évidente des différents systèmes de démocratie représentative, que médias et pouvoirs en place nous présentent comme le summum de la liberté politique, aux moyens de s'en débarrasser radicalement, aux formes de démocratie directe et d'auto-gouvernement à mettre en place dès maintenant pour organiser les luttes et, en perspective, à ce que pourraient être une société bannissant l’exploitation et, bien évidemment, des modes de production et de distribution de la richesse sociale permettant des relations sociales égalitaires entre les humains.

Nous pensons que le boycott se veut un acte collectif conscient et publiquement assumé, et pas un simple choix individuel comme l'abstention. Notre but n'est pas de constituer un cartel d'organisations ni même un rassemblement d'individus favorables au boycott, mais au contraire d'inviter ceux que notre démarche intéresse à prendre eux-mêmes des initiatives là où ils sont et à les assumer.

Nous concevons le blog comme un moyen de faire connaître l'invitation au boycott et ses raisons à un public aussi large que possible et comme un relais d'initiatives allant dans ce sens. Donc, si vous souhaitez contribuer à notre réflexion collective, envoyez-nous vos textes, qui seront publiés s'il nous semblent pertinents.

Vous avez certainement remarqué que dans notre blog nous n'avons pas mis en place le mode dit

interactif, qui permet de poster des commentaires sur les articles publiés. Ce choix ne relève pas de notre ignorance (réelle, certes) en matière d'informatique, mais bien du fait que nous n'avons pas envie que le blog devienne un défouloir ne débouchant sur aucun engagement. Si un blog peut servir à faire circuler quelques idées et proposer des pistes de travail, il ne peut en aucun cas remplacer le contact direct entre personnes souhaitant discuter et s'engager concrètement dans le changement radical de la société.

Nous venons de vivre un printemps particulièrement riche, qui est un exemple vivant du chemin que nous souhaitons emprunter. Faiblesses, défaillances, approximations, contradictions n'ont pas manqué, et nous savons que nous en rencontrerons d'autres dans les luttes à venir. Mais nous savons aussi qu'il n'y a pas de raccourcis. Se débarrasser d'une société fondée sur l'exploitation suppose que l'on élabore collectivement des formes égalitaires d’autogouvernement, et que l'on commence par renoncer à l'idée de s'en remettre à un personnage providentiel.