Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les déserteurs actifs

Débat politique et social

Contre la Constituante : La démocratie directe sans le peuple ?

Publié le 1 Janvier 2017 par Lieux Communs in Autres réflexions

Contre la Constituante  :  La démocratie directe sans le peuple ?

Voici un texte, rédigé en 2014 par le groupe Lieux Communs, contre l’idée que la démocratie directe idéale impliquerait la convocation d'une assemblée Constituante composée de personnes tirées au sort parmi la population et chargées d'établir une nouvelle constitution française. Depuis lors, ce courant s’est développé et ramifié, encouragé par la décomposition de la scène politique française et le discrédit que celle-ci jette sur le système représentatif dans son ensemble. Il nous semble essentiel de comprendre en quoi ces propositions, qui peuvent être inspirées par une authentique aspiration à la démocratie, pensent pouvoir se passer de tout forme d'auto-organisation visant à une transformation et une réappropriation par le peuple lui-même de tous les aspects de la vie sociale.

La démocratie directe sans le peuple ?

… Depuis peu s'y développe un courant d’idées bien particulier, gravitant autour d’une idée centrale : la voie vers la démocratie directe passerait par la convocation d'une assemblée Constituante composée de personnes tirées au sort parmi la population et chargées d'établir une nouvelle constitution française. Cette approche rompt, salutairement mais sans le dire, avec de nombreux présupposés idéologiques hérités des mouvements politiques qui ont ravagé le XXe siècle et qui visaient, eux aussi, un changement radical de société. Mais c'est, nous semble-t-il, pour retomber dans d'autres illusions. C'est donc à la discussion de celles-ci que ce texte voudrait inviter….

Projet et critiques

(…), à l'examen, le projet de ces militants pro-Constituante présente une multitude de lacunes, d'incohérences ou de contradictions – que les contre-argumentaires proposés ne font qu'approfondir et multiplier – et qui ne peuvent que discréditer leurs porteurs et notre visée politique. Ce sont elles que nous allons pointer en suivant, étape par étape, le proto-scénario que l'on peut déduire de leurs écrits.

Résumons celui-ci en quelques mots :

1) La Constituante est convoquée par un moyen ou un autre (référendum, initiative du Chef de l'État...) ;

2) les délégués sont tirés au sort parmi la population ;

3) ils travaillent durant un temps déterminé à l'élaboration d'une nouvelle constitution française instaurant la démocratie directe ;

4) cette Constitution est soumise à ratification par référendum.

Voilà le projet, tel qu'il se présente dans sa version la plus répandue, et la plus sérieuse. Mais avant d'entrer dans le détail, livrons d'emblée l'axe principal de notre critique : Les pro-Constituantes veulent la démocratie directe mais sans l'activité foisonnante d'un peuple visant une transformation sociale, idée à laquelle ils associent sans doute le déchaînement de la violence, alors que nous y entendons tout autre chose : l'auto-organisation des gens, c'est-à-dire la formation d'institutions autonomes locales se substituant aux pyramides hiérarchiques actuelles. Ce refus du soulèvement populaire et de l'élaboration d'une autre société par les premiers concernés amène paradoxalement les pro-Constituante à évincer de leur scénario le principal acteur : le peuple. Option sans doute renforcée par la conscience, ou du moins l'intuition, que les aspirations de nos contemporains sont sensiblement éloignées de ces visés.

Cette éviction tacite des gens ordinaires porte donc les pro-Constituante à viser une action uniquement institutionnelle, légaliste et technique, sans qu'il ne soit jamais exigé du peuple, relégué au statut d'entité abstraite, autre chose qu'une adhésion formelle à l'idée surplombante d'une Constituante tirée au sort. Jamais, nulle part, n'est envisagée sérieusement une pratique autonome des gens telle qu'elle a pu se déployer dans toutes les révolutions depuis deux ou trois siècles, en s'opposant à d'autres forces sociales. C'est pourtant par ce processus constituant que la collectivité invente une autre organisation sociale, et se crée elle-même en tant que sujet politique.

En ne citant qu'à titre d'illustration l'histoire, l'héritage et l'expérience de la démocratie directe légués théoriquement par les Lumières, puis pratiquement par les révolutions, le mouvement ouvrier et ses suites, nos pro-Constituante en évacuent le trait essentiel : la praxis, ce lien indissoluble entre la pensée et l'action politique populaire, qui fonde la légitimité de chacun à s'occuper des affaires de tous.

Leur approche, on le verra, ne protège des crises et de la violence qu'au prix de l'échec et de la récupération politique. Elle s'interdit de penser réellement une auto-transformation radicale de la société, qui ne peut demeurer à cette heure, faut-il le préciser, qu'une interrogation ouverte.

Lire la suite : https://collectiflieuxcommuns.fr/721-contre-la-constituante-1-2

ou télécharger le PDF :