Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les déserteurs actifs

Débat politique et social

On a gagné !

Publié le 12 Juin 2017 in Nos textes

On a gagné !

Nous – les boycotteurs, abstentionnistes, plus ou moins actifs, avons gagné notre pari : être visibles, paraître pour ce que nous sommes, c’est à dire déserteurs, n’accordant aucune légitimité à la soi-disant démocratie représentative et décidés à ne pas en être. C’est reconnu, plus ou moins ouvertement, par les « politologues ».

Les politiques, quant à eux, le reconnaissent tacitement – le gouvernement se disant que tant qu’à être discrédité, autant y aller franchement et bafouer ouvertement la « représentation » en agissant par ordonnances, tandis que les dépités (de « gauche ») cherchent à nous séduire en inventant de nouveaux emplâtres à mettre sur la jambe de bois.

Il fallait qu’ils se grouillent, avant les législatives. D’un côté la macronie lance des ballons d’essai pour essayer de deviner jusqu’où elle peut aller dans l’exacerbation de l’état policier et la destruction de ce qui reste de protection des travailleurs contre la boulimie des patrons (et de surcroît en déguisant cette destruction en mesures de « vraie démocratie », avec des référendums patronaux qui sont de véritables chantages à bien voter sinon c’est la cata).

De l’autre, c’est à qui fera les propositions les plus alléchantes d’institutions participatives. Le seul hic, c’est que la forme, le contenu et surtout les limites de telles institutions sont et seront déterminées par les pouvoirs en place, quelle que soit leur couleur. Or des institutions véritablement démocratiques ne peuvent marcher que si elles sont décidées et animées en permanence par des gens déterminés à participer activement à la prise des décisions qui façonnent leur vie quotidienne. Ce n’est donc pas en votant pour un de ces partis, qui décidera à notre place, qu'une telle dynamique pourrait s'amorcer.

Depuis toujours, comme on le sait, toutes les initiatives radicales sont récupérées et transformées en rouages du système en même temps qu’en pseudo-contestation une fois leur élan passé. Les batailles électorales ne font que contribuer à l'essoufflement de cet élan. Encore une fois, la démocratie se joue ailleurs, et c'est à nous d'inventer les moyens de faire entendre nos voix.